Association  BPSGM          Les Basses Pyrénées dans la seconde guerre mondiale         64000 Pau

Archives annuelles : 2019

Itinéraires d’évasion de Mendive à las Casas d’Irati.

Luc Tillard a réalisé et présenté un mémoire de recherche (année 2017 – 2018) intitulé: « Les chemins d’évasion dans les Pyrénées-Atlantiques lors de la Seconde Guerre mondiale (1940/1945) : le cas de la Pierre-Saint-Martin et de la scierie de Mendive » dans lequel il retrace l’histoire de ces deux secteurs de passages vers l’Espagne. Afin de proposer une valorisation touristique et culturelle concrète de ces lieux, il reconstitue les itinéraires empruntés par les candidats à l’évasion et leurs passeurs.

 

De Mendive à las Casas d’Irati en Espagne, il décrit différents parcours empruntés par les passeurs pour convoyer au-delà de la frontière les hommes dont ils avaient la charge.

 

 

 

Légende :
Double étoile rouge – Départ de Mendive et arrivée à Las Casas de Irati.
Ronds jaunes – Sites historiques, culturelles, et économiques.
Triangles rouges – les différents pics.
Petits carrés noirs – les différents cols.
Rond gris – Escalier d’Arthanolatze.
Losange vert – Crête d’Orgambidexka.
Rond blanc point noir – Pont d’Orgate.

 

 

 

Ma réflexion m’amène à proposer trois parcours, de longueur et de difficulté différente. Les chemins 1 et 2 nous mènent de l’ancien emplacement de la scierie de Mendive à Las Casas de Irati. Le chemin 3, quant à lui, est en fait un passage reliant les deux premiers chemins entre eux, ce qui permet de faire une boucle pour revenir sur Mendive.

Le  premier chemin (1 A) et ses différents trajets (B, C, et D) se reposent sur les quelques endroits cités par le docteur belge, mais surtout sur les itinéraires de randonnées connus ou parfois sur les itinéraires empruntés par des randonneurs plus expérimentés. Ainsi, plusieurs passages ne sont pas balisés et serpentent le long des crêtes ou sur les flancs de montagne. Ces derniers rajoutent une touche d’authenticité car ils ne sont pas répertoriés sur les cartes et ressemblent plus à des sentiers utilisés par les bêtes. Avec un peu d’imagination, ils nous font passer pour des fugitifs ou des contrebandiers voulant être discrets dans leurs déplacements. Le chemin 3 comprend une longue partie à travers cols et pics, non balisé. Tous les parcours proposés passent par des sites historiques ou culturels, souvent déjà valorisés, mais aussi par des hôtels, restaurants, et auberges. De cette manière, les chemins pourraient en certains points bénéficiaient des installations existantes mais aussi d’un réseau de communication plus large.

Le chemin 1 Parcours A – Repéré sur la carte en rouge – Le départ peut se faire du parking de Mendive dans un souci de simplicité. Il se trouve près du cimetière de la commune où il faut se rendre pour être devant l’Hôtel Ardohain qui se situe juste en face de l’ancienne scierie. Ensuite, prendre la direction de Behorléguy, puis le lieu-dit Urondoa. Lorsque nous sommes à cette étape, il faut prendre le sentier à droite juste avant la ferme ou le lieu-dit Lekunaga. Il faut le suivre jusqu’au lieu-dit Armiaga, où il faut tourner à gauche sur le D417, direction le dolmen de Xuberaxain. De là, il faut marcher environ un kilomètre puis prendre le sentier à gauche qui mène au col d’Egurtze. A ce col, un autre sentier continu vers le col d’Aphanitze et son gouffre. Entre ces deux cols vous pourrez apercevoir sur votre gauche le pic de Béhorléguy, et sur votre droite la chapelle Saint-Sauveur. Arrivé à Aphanitze, prenez la D117 sur près de cinq kilomètres qui monte le col Inharpu et qui rejoint la fontaine d’Ahusquy. Continuer la D117 en direction du col Burdin olatzé et la route qui mène au Pic des Escaliers. Au bout d’une dizaine de kilomètres vous arrivez sur les Chalets d’Iraty au col de Bagargi, après avoir passé le Pic des Escaliers et le col d’Iraizabaleta. Ensuite, prendre soit la direction de  la crête d’Orgambidexka soit le col d’Orgambidexka. Ces deux chemins mènent au col de Mehatzé. De là, prendre le col de Sentsibile par le GRT10 qui commence au Pic des Escaliers et longe la D19. Quelques kilomètres plus loin, ce chemin de grande randonnée se met en liaison avec le GRT09 qui mène à un sentier d’interprétation le long de l’Iratiko Erreka. Enfin, il faut suivre cette rivière pour atteindre Irati en Espagne.[1][2]

Parcours B – Repéré en bleu clair – Quand nous sommes sur ce premier chemin et que l’on veut monter le pic de Béhorléguy, il suffit de prendre la direction du col d’Haritxarte depuis le col d’Egurze, puis monter sur le pic de Béhorléguy. Ensuite continuer sur le col d’Aphanitze puis reprendre le reste de l’itinéraire ci-dessus.

De Mendive au Pic de Béhorléguy deux autres possibilités de randonnées s’offrent à nous :

Parcours C – Repéré en violet – D’Urondoa, continuer la route qui mène au lieu-dit Etxeberriborda en passant par Lekunaga. Puis prendre le premier sentier à droite qui mène entre le col d’Haritzarte sur votre gauche et le col d’Egurtze  sur votre droite. A ce moment-là vous avez le choix, soit de faire l’ascension du Pic de Béhorléguy, soit le contourner. Dans les deux cas, vous atteindrez le col d’Aphanizte. Ce passage est plus forestier car il emprunte un long moment les bois se trouvant sous le Pic.[3][4]

Parcours D – Repéré en orange – Enfin, un dernier passage pour rejoindre le premier parcours passerait par Etxeberriborda puis longerait la rivière Ezteneko Erreka un temps, puis prendrait la direction du col d’Hartixarte par la crête, pour ensuite monter vers le pic de Béhorléguy. En descendant ce pic, vous retombez sur les traces du premier chemin.[5]

Burdincurutcheta

Le chemin 2 – Repéré en vert – Pour le deuxième chemin comme pour le premier, on partirait de l’ancienne scierie de Mendive en face de l’hôtel Ardohain aujourd’hui. De là partir en direction de la mairie sur la rue Hiriko Bidea. Arrivé à l’embranchement avec la D417, prendre la rue Ahuzkilo Bidea, après la troisième maison sur la gauche vous apercevrez un petit chemin serpentant entre champs. Ce petit sentier longe la D417 et la coupe trois fois avant repartir en zigzag à travers champs pour rejoindre la D18 et le lieu-dit de Basaburua. De là, continuer environ trois kilomètres sur cette route en direction du sud, donc de l’Espagne. Vous arriverez à la fromagerie d’Iraty après un virage en épingle, et un peu plus loin le long de la route sur votre gauche vous découvrirez un petit chemin sillonnant à travers bois. Ce sentier vous ramènera le long de la D18 et vous mènera à la chapelle Saint-Sauveur. Après cet édifice, ce petit passage traverse la D18 et continue de la longer en passant par le col de Burdincurutcheta, puis les chalets de cize et la maison du pastoralisme qui est un musée, les chalets Iraty-Cize, et enfin le chalet Pedro le long de l’Iratiko Erreka. En empruntant cette voie on passe près du dolmen de Cromlech, qui est un site préhistorique. Ensuite, suivre la rivière Urbeltza ou l’Iratiko Erréka qui vous ramène au pont d’Orgate. A partir d’ici, soit vous traversez le pont et continuez le chemin par le sentier de découverte, soit vous continuez à longer la rivière. Ce sont deux chemins en parallèle, chacun sur une rive, qui mènent directement à Irati et aux Casas de Irati en Espagne.

Pic des Escaliers

Le chemin 3 – Repéré en rose – Le troisième parcours est une variante des deux premiers, il les rejoint et permet de faire une boucle pour revenir sur ses pas, aussi bien en partant de Mendive, qu’en venant d’Irati en Espagne. En partant de Mendive, toujours de l’emplacement de l’ancienne scierie, prendre la direction du premier parcours proposé, celui calé sur les traces de Charles Schepens. Arrivé au pic des Escaliers, vous aurez soit la possibilité de redescendre sur le col d’Iratzabaleta soit continuer le chemin de crête en direction de l’escalier d’Arthanolatze qui permettra de réaliser la boucle. Ce chemin passe à travers montagnes et forêts et s’éloigne vraiment des routes et de l’humain. Après Arthanolatze, continuez sur les flancs de montagne pour atteindre le col de Burkidoi, puis le pic de Mendibel, pour atteindre le col de Burdincurutcheta et la D18. A cette étape vous pouvez remonter par le deuxième parcours pour rejoindre Mendive.

Pour ce chemin, une autre variante est possible : lorsque vous arrivez au Pic des Escaliers, vous pouvez descendre sur le col d’Iraizabaleta, et remonter par un chemin sur l’escalier d’Arthanolatze.

Les dénivelés suivants sont calculés du départ du chemin à la fin du chemin et non depuis Mendive jusqu’à Irati, seuls les chemins 1 A et 2 sont mesurés depuis Mendive jusqu’à Irati. Ces calculs ont été réalisés grâce au site Géoportail. Pour les calculs de durée, je me suis aidé du site itirando.

Pour le chemin 1 A, l’outil de calcul de dénivelé compte 2213 mètres en positif sur plus de 35 kilomètres de long. La durée de marche hors temps de pause, serait de plus de 11 heures. En passant par la variante B, le chemin prend 3 kilomètres de plus pour un dénivelé de 223 mètres en positif. La portion C qui rejoint le tracé B fait elle aussi 3 kilomètres environ pour un dénivelé de 618 mètres. Enfin, l’itinéraire D que l’on rattrape depuis la portion C a un dénivelé de 670 mètres sur un peu plus de 2 kilomètres. Pour ces trois petits trajets alternatifs, il faut entre 1 heure et 2 heures de marche en plus.

Le chemin 2 a une longueur d’environ 24 kilomètres pour un dénivelé de 1670 mètres qui peut se faire en 8 heures de marche.

Et le chemin 3 qui fait lien entre les deux premier fait 6 kilomètres en passant par le Pic des Escaliers pour 630 mètres de dénivelé, ou 7 kilomètres pour 693 mètres de dénivelé en prenant la direction du col d’Iratzabaleta. Pour ces deux itinéraires du troisième chemin, il faut entre 2 heures et 3 heures de randonnée.

[1] http://abthirion.blogs.sudouest.fr/tag/behorlegy

[2] http://thvn.free.fr/sources/tgb/tgb_index.php

[3] https://www.baladesgasconnes.fr/behorl%C3%A9guy-hauscoa-et-les-sels-d-elhorta/

[4] http://abthirion.blogs.sudouest.fr/media/01/00/1572391042.jpg

[5] http://abthirion.blogs.sudouest.fr/tag/behorlegy

 

Publié avec l’autorisation de Luc Tillard, auteur du travail de recherche.

Itinéraires d’évasion par le col de la Pierre-Saint-Martin.

Luc Tillard a réalisé et présenté un mémoire de recherche (année 2017 – 2018) intitulé: « Les chemins d’évasion dans les Pyrénées-Atlantiques lors de la Seconde Guerre mondiale (1940/1945) : le cas de la Pierre-Saint-Martin et de la scierie de Mendive » dans lequel il retrace l’histoire de ces deux secteurs de passages vers l’Espagne.… Lire la suite

Les chemins d’évasion dans les Pyrénées-Atlantiques lors de la Seconde Guerre mondiale (1940/1945) : le cas de la Pierre Saint-Martin et de la scierie de Mendive. TER en valorisation du patrimoine à l’U.P.P.A.

Dans le cadre d’un Master 1 « Valorisation du patrimoine », Luc Tillard a réalisé et présenté un mémoire de recherche (année 2017 – 2018) intitulé: « Les chemins d’évasion dans les Pyrénées-Atlantiques lors de la Seconde Guerre mondiale (1940/1945) : le cas de la Pierre Saint-Martin et de la scierie de Mendive » sous… Lire la suite

Concours national de la Résistance et de la Déportation.Année 2019 / 2020.

Année scolaire 2019 – 2020           Thème:  1940. Entrer en résistance. Comprendre, refuser, résister.     Le Concours National de la Résistance et de la Déportation (CNRD) est ouvert aux collégiens de troisième et aux lycéens en France et dans les établissements scolaires français à l’étranger.  Inscription des candidats par leurs… Lire la suite

Nouvelle exposition: « FRANCE LIBRE – FRANÇAIS LIBRES ».

L’exposition : “France Libre – Français Libres“, créée par le Service départemental des Pyrénées-Atlantiques de l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre, retrace les origines, la construction et le développement d’un mouvement qui, né de rien en juin 1940, incarnera, 4 ans plus tard, l’honneur de la France et garantira sa place aux côtés… Lire la suite

OLORON-SAINTE-MARIE. Journées d’études « Les évasions 1940 – 1944 ». 10 et 11 octobre 2019.

Ces journées d’études visent à questionner ce qui pousse des individus à partir, à s’évader, et selon quelles modalités, par quels biais, ces mobilités ont lieu. Pour ce faire, plusieurs études de cas régionales, s’inscrivant dans une perspective de micro-histoire et d’histoire sociale,seront présentées, avec un focus particulier sur le franchissement des Pyrénées. Ces journées… Lire la suite

ACCOUS.

Références bibliographiques: Poullenot (Louis). Basses-Pyrénées. Occupation. Libération. 1940-1945. J & D Editions. Biarritz. 1995. 366 p. – p. 129-136 : liste des passeurs dressée par Honoré Baradat : nom, domicile, zone d’opération, réussites et échecs, décorations – p. 27 :Accous n’est pas mentionné comme étant une des 20 communes frontalières de l’arrondissement d’Oloron, situées dans la zone réservée.… Lire la suite

Le cinquième homme d’Idron. Synthèse d’une recherche.

1944-2019 : 75 années séparent ces deux dates ; 75 ans pendant  lesquels un homme fusillé par les Allemands était plongé dans l’anonymat ; son passé l’a rattrapé aujourd’hui.         Tout a commencé il y a plusieurs dizaines d’années alors que je recherchais divers documents, témoignages et autres informations sur mon grand-père Pierre Cotonat. Il était… Lire la suite

Baylot Jean, préfet. Note biographique complémentaire.

Note sur le Préfet Jean Baylot, en poste dans les Basses Pyrénées d’août 1944 à janvier 1946.   Cette note nous a été communiquée par M. Denis Vaultier.     Jean Baylot, né le 27 mars 1897 à Pau (France) et mort le 3 février 1976 à Paris, est un homme politique et franc-maçon français. Résistant… Lire la suite

10 juillet 1940: vote des pouvoirs constituants à Pétain. Détail du vote des députés et sénateurs des Basses-Pyrénées.

Le 10 juillet 1940 est soumise à l’Assemblée nationale (alors formée par la réunion de la Chambre des députés et du Sénat) une proposition de révision des lois constitutionnelles régissant la Troisième République, ayant pour objet d’attribuer les pleins pouvoirs constituants au maréchal Philippe Pétain, président du Conseil.   Texte soumis au vote: « Article unique. — L’Assemblée nationale donne tous pouvoirs au Gouvernement de la République, sous l’autorité… Lire la suite

Concours de la Résistance et de la Déportation. Travail individuel écrit primé au niveau départemental dans le cadre du concours 2019.

  Mathias Lallemand est élève en Première S au lycée de Navarre, à Saint-Jean-Pied-de-Port (Pyrénées-Atlantiques) lorsqu’il participe pour la troisième année consécutive au Concours National de la Résistance et de la Déportation.        Le thème national pour l’année 2019 du CNRD est « Répressions et déportations en France et en Europe, 1939-1945. Espaces et histoire ». Un… Lire la suite

Vient de paraitre. « La Seconde Guerre Mondiale dans les Basses-Pyrénées. Evocations d’histoire et des mémoires ». Le mémorial de Bidart.

Rassembler sur un support écrit unique l’évocation des multiples aspects de la Seconde Guerre mondiale dans les Basses-Pyrénées, tel est le sens de cet ouvrage.     L’histoire générale du conflit est mise en relation avec des archives inexploitées, des témoignages épars et souvent inaccessibles, ou avec les très nombreux lieux et supports de mémoire.… Lire la suite

Pierre THEAS-LABAN. Béarnais, évêque et résistant. Juste parmi les Nations.

Pierre Théas-Laban fut évêque de Montauban pendant l’occupation. Maréchaliste au début de l’Etat Français, il prend position fermement contre les rafles des Juifs en août 1942,contre le travail obligatoire, puis contre les exactions de la division « das Reich » en 1944. Il est arrêté en juin 1944 et, interné à Compiègne, échappe de peu à la… Lire la suite

Compagnie « Martial », 1ère compagnie du 1er bataillon de Pau. CAZALET Pierre.

La 1ère compagnie du 1er bataillon de Pau est attestée dès septembre 1941. Elle reste active jusqu’à la Libération au 21 août 1944. Les volontaires sont alors intégrés au 18ème Régiment d’Infanterie reconstitué. Référence: Poullenot (Louis), Basses Pyrénées, Occupation, Libération, 1940-1945, J&D Editions, Biarritz, 1995, 366 p. Voir pages 181/182.       Pierre Cazalet, né à… Lire la suite

ARAMITS.

Références bibliographiques: Poullenot (Louis). Basses-Pyrénées. Occupation. Libération. 1940-1945. J & D Editions. Biarritz. 1995. 366 p. – p. 199-200 : existence d’un maquis, en 1943-44, fonctionnant dans le cadre des MUR.     Lieux de mémoire: Stèle à la mémoire de Joseph Hourçourigaray. Inaugurée le 6 juin 2019 à l’occasion du 75ème anniversaire du débarquement de juin… Lire la suite

LIVRON. Le Maquis de Livron en action. Août 1944

Dès la fin juillet un groupe de maquisards prend position dans la sablière aujourd’hui comblée, située à proximité de la route de Pau Lourdes, au sommet de la petite côte qui marque la sortie nord-ouest du village. Les unités Allemandes commencent à se replier. L’endroit est idéal pour surveiller la route Pau, Soumoulou, Lourdes. La… Lire la suite

Concours National de la Résistance et de la Déportation 2019. Réception des participants du département.

Les élèves du département des Pyrénées-Atlantiques ayant participé au Concours national de la Résistance et de la Déportation pour l’année 2019 et leurs enseignants ont été reçus le jeudi 6 juin 2019, villa Sainte Hélène.   La cérémonie était présidée par Monsieur Eric Spitz, Préfét des Pyrénées-Atlantiques, en présence de Monsieur Jean Chiama, Président du… Lire la suite

Concours National de la Résistance et de la Déportation. Palmarès départemental 2019.

Plusieurs établissement scolaires, collèges et lycées des Pyrénées-Atlantiques, ont participé au Concours national de la Résistance et de la Déportation pour l’année scolaire 2018 / 2019.       Le thème retenu cette année était: Répressions et déportations en France et en Europe, 1939-1945. Espaces et histoire. Palmarès départemental du concours 2017/ 2018. Pour accéder… Lire la suite

Le fusillé inconnu d’Idron est identifié. Son nom: Georges Coran.

Les fusillés d’Idron, exécutés le 15 juin 1944, sont au nombre de cinq. L’un d’entre eux n’avait jamais été identifié avec certitude.       Dans l’article publié le 19 mai 2015, Eric Amouraben émettait l’hypothèse que l’inconnu d’Idron pourrait être Georges Coran. Pour consulter cet article, cliquer ici. Eric Amouraben exprime désormais la quasi… Lire la suite

PAU, musée des Beaux-Arts. Une exposition sur l’art au camp de Gurs.

Il s’agit d’un petit événement! Pour la première fois, une exposition est présentée en Béarn sur l’histoire et l’art au camp de Gurs: photos,objets et oeuvres originales provenant de la collection Elsbeth Kasser, conservée à Zurich.   A voir absolument pour la qualité comme pour la variété de cette exposition. Exposition du 2 mai au… Lire la suite

GURS: Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation. Cérémonie du 28 avril 2019.

          Programme du la manifestation: Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation Dimanche 28 avril 2019 GURS – au camp d’internement 15 h 00 Mise en place des participants, délégations et porte-drapeaux au bâtiment d’accueil 15 h 10 Arrivée de monsieur Christophe Pécate, sous-préfet d’Oloron-Sainte-Marie, représentant monsieur le préfet… Lire la suite

Musée de la Résistance. Une exposition sur le clergé résistant à découvrir.

Le Musée de la Résistance et de la Déportation crée un événement pédagogique, avec une exposition temporaire consacrée aux actes de résistance du clergé, durant l’Occupation dans le département. Cette exposition comporte un ensemble de 16 panneaux au travers desquels les concepteurs se proposent d’éclairer les actes de courage et le rôle méconnus d’un certain… Lire la suite

MELVILLE-LYNCH Francis. Pilote des F.A.F.L.

Paul Michel Francis Melville-Lynch est breveté pilote dès le 26 mars 1936. Affecté à la base aérienne de Chateaudun (E.A.A. 301) en 1939, il rejoint les forces aériennes françaises  en A.F.N. le 25 juin 1940 en s’évadant depuis Pau par avion. Il combat au sein de la R.A.F. et des F.A.F.L.   Paul Michel Francis… Lire la suite

ASPECTS DE L’OPINION PUBLIQUE A PAU. AOÛT 1942.

Deux lettres montrent l’indignation de l’opinion publique devant les mesures antijuives (août 1942).       La première lettre, datée du 23 août 1942, émane d’une personne travaillant pour les services sociaux de la ville de Pau, en relations directes avec les réfugiés juifs internés au stadium de Pau. Elle reflète bien l’état de détresse… Lire la suite

LE CAMP DE GURS DÉCRIT PAR PARIS-SOIR (20 août 1942).

Le quotidien national Paris-Soir est, à l’époque de Vichy, le principal journal paraissant en territoire français. Il n’a jamais donné la moindre information sur le camp de Gurs, sauf dans son numéro du 20 août 1942. A cette date, son envoyée spéciale, Marie Sabathé, fait publier l’article ci-dessous, intitulé « Les Juifs dans les Pyrénées. Ce… Lire la suite