Association  BPSGM          Les Basses Pyrénées dans la seconde guerre mondiale         64000 Pau

Réseaux-renseignements et/ou évasion- ayant opéré dans les Basses-Pyrénées. MARC-FRANCE.

 

Marc-France

 

 

 

Réseau de renseignements et de passage

Sous-réseau du réseau belge Marc, travaillant pour le gouvernement belge à Londres

 

 

Dans les Basses-Pyrénées

Plutôt que d’un réseau, il s’agit davantage d’un groupe de personnes décidées, structuré autour de Laborde-Ginésis.

Les principaux agents en Pays basque sont :

– Mlle NAVIZET, infirmière biarrote

– André DALIER, mort à Buchenwald.

– DUPERRET, grutier, mort à Dora

– LABORDE-GINÉSIS, technicien radio, mort à Buchenwald

– René PÉRONNE, mort à Buchenwald.

Intensément recherché par la Gestapo, André BOUILLAR (Dédé le Basque), du réseau Buckmaster, rallie le réseau Marc au printemps 1944 ; par la suite, il prendra part, à la tête de son groupe, aux combats de la libération du Médoc et du Blayais.

 

 

Références bibliographiques:

– CROUZET (Jean).  Aide-mémoire des années sombres. Atlantica. Biarritz, 2006

– ESTEBAN (Mixel).  Regards sur la deuxième guerre mondiale en Pays Basque. Elkar. Coll. Histoire. Bayonne, 2007,

– LAHARIE (Claude). « Les réseaux de résistance dans les Basses-Pyrénées », dans La Résistance dans le Sud-Ouest au regard d’autres espaces européens (1940 à nos jours). Éditions Cairn, Pau, 2016

– POULLENOT (Louis). Basses-Pyrénées. Occupation. Libération. 1940-1945. J & D Éditions. Biarritz. 1995

 

 

Désolé, les commentaires sont fermés pour cet article.